ERROR: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ' active_time = 1556139355, active_ip = '54.91.121.255', act' at line 2
---
REPLACE INTO it_active SET active_id = , active_time = 1556139355, active_ip = '54.91.121.255', active_user_agent = 'CCBot/2.0 (https://commoncrawl.org/faq/)', active_session = '3cakk3nv2vo0qv73ffp08cgtq5'
---
ERROR: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ' view_date = NOW(), view_user_ag' at line 3
---
INSERT INTO fr_articleviews SET view_ip = INET_ATON('54.91.121.255'), view_user_id = , view_date = NOW(), view_user_agent = 'CCBot/2.0 (https://commoncrawl.org/faq/)', view_referer = '', view_article_id = 2346
---
ERROR: You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ') ORDER BY comment_date ASC' at line 3
---
SELECT * FROM fr_comments, it_users WHERE user_id = comment_author_id AND comment_topic = 2346 AND comment_type = 'articles' AND (comment_state = 1 OR comment_author_id = ) ORDER BY comment_date ASC
---
2019-04-24 22:55:55 (CEST) /societe/ils-avaient-%C3%A9t%C3%A9-manipul%C3%A9s-comme-des-marionnettes.html 2 Warning mysql_fetch_array() expects parameter 1 to be resource, boolean given /var/www/html/article-marketing.eu/fr/code/db_mysql.php 127 You have an error in your SQL syntax; check the manual that corresponds to your MySQL server version for the right syntax to use near ') ORDER BY comment_date ASC' at line 3 Ils avaient été manipulés comme des marionnettes

Article Marketing

Articles gratuits, critiques et communiqués de presse

Ils avaient été manipulés comme des marionnettes

Par: lolaa | Lu: 254 fois | Nombre de mots: 649 | Date: Thu, 15 Sep 2011 - 7:25 PM


De toute évidence, ceux qui avaient construit cette machine infernale ne s’étaient pas donné la peine de parfaire l’illusion, Voyance par téléphone (www.milana.fr) prenant sans doute leurs victimes potentielles pour de parfaits imbéciles.
Dans la vitre en face de moi, je me suis vu blêmir, le visage déformé par une haine intense.
J’ai repensé au traitement que Boule et ma famille m’avaient fait subir, et j’ai eu de la peine pour eux.
Pauvres diables ! Ils avaient été manipulés comme des marionnettes.
Pour quelles raisons ? Aucune idée.
Tout ce que je savais, c’était qu’il fallait frapper vite, et fort.
J’ai levé ma lourde clé de plombier et - tel un glaive de justice - je l’ai abattue de toutes mes forces sur le panneau de Plexiglas.
La vitre a volé en éclats, projetant dans la cabine une pluie de particules translucides.
J’en avais partout, dans les cheveux et sur les vêtements, mais je n’y ai pas fait attention.
Une pulsion sauvage m’habitait à présent, et j’ai continué de frapper, frapper, frapper, jusqu’à épuisement total.
Quand j’en ai eu terminé, l’intérieur du Photomaton était ravagé, totalement hors d’usage, comme après un attentat à la bombe, et j’avais très mal au bras.
J’ai attendu, hébété et haletant, qu’un agent de surveillance vienne me cueillir - j’avais dû faire un boucan du diable - mais personne n’est venu.
J’ai laissé tomber ma clé, j’ai ramassé le peu de forces qui me restait, et je me suis sauvé sans demander mon reste.
Dans la nuit qui a suivi, j’ai réussi un dormir un peu, à cheval sur ce même WC qui m’avait déjà accueilli plus tôt dans la soirée.
Au petit matin, j’ai joué à cache-cache avec la dame des toilettes, et à l’ouverture des portes, j’ai pris la poudre d’escampette.
Je ne savais trop que faire.
Bien sûr, j’avais renvoyé cette machine démoniaque en enfer, mais cela serait-il suffisant ? Est-ce que mes parents et ma sœur allaient retrouver la mémoire ou étais-je condamné à l’orphelinat ?
J’ai traîné un bon moment dans la zone piétonnière puis j’ai opté pour le choix le plus simple, le plus dangereux aussi : il fallait que je retourne chez moi et que je les confronte tous les trois.
*
Nous étions samedi matin, et quand je me suis arrêté devant la porte, la maison était silencieuse.
Tout le monde devait encore dormir.
Je suis entré avec mon double de clé, j’ai jeté un œil dans la cuisine et mon cœur a fait un sacré bond : sur la table de petit-déjeuner, soigneusement préparés par ma mère (comme tous les soirs selon une habitude bien ancrée), trônaient non trois plateaux comme je le craignais, mais quatre.

A propos de l'auteur

Commentaires

Pas de commentaire

Add Comment

You do not have permission to comment. If you log in, you may be able to comment.
Copyright © 2019 fr.article-marketing.eu - Tutti i diritti riservati - Powered by link UP Europe! P.IVA 09257531005
Associazione Culturale per l'uso didattico ed etico dell'informatica
Sede legale: Via Pietro Rovetti, 190 - 00177 - ROMA