Sport

Le rangement d’un kart: les potentialités des axes

  • By
  • 24 mars 2008

Le kart est un moyen de compétition et comme toujours, dans les courses, il faut donner le maximum pour finir les compétitions devant nos adversaires. Pour le faire, il faut régler certaines parties mécaniques en base aux trois éléments fondamentaux: les conditions et la typologie de la piste, les conditions meteo et surtout le propre style de guide.

Il faut donc adapter certains aspects du cadre à ces trois inconnues. On peut intervenir dans beaucoup de points, tel que convergence, camber, caster, largeur de la chaussée, hauteur de terre, distribution des poids et axe. Ces composantes du kart permettent d’adapter le moyen en déterminées situations en permettant une plus rapide réponse aux commands.

Par exemple, lorsque notre moyen souffre d’exagéré sur-virage, en desserrant les vis des moyeux et en déplaçant le long des axes on élargit la chaussée postérieure et on réduit celle antérieure. Au contraire, dans le cas on souffrait de sous-virage, on élargit devant et on serre derrière.

Justement à propos des axes, ceux-ci sont très importants lorsque nôtre kart est trop « attaqué » en courbe. Ils existent dans commerce varies types d’axes qui se diversifient pour épaisseur et longueur. Ils sont catalogués sur la base de leur rigidité : souples, moyens et dures. De cette manière, nous réussirons à couvrir les exigences sur plus de pistes et sur la base de nos préférences.
Selon quel qu’on a monté, le kart variera son comportement, puisque l’axe fait fonction essentiellement comme une suspension que, nous le rappellons, sur le kart n’existe pas. Lorsque nous montons un type d’axe dur, le kart s’attaque moins à la courbe. Au contraire, lorsque nous en montons un souple, nous aurons majeur traction et fluidité en courbe, outre une bonne stabilité dans la freinée. Cependant nous aurons même des majeurs problèmes dans l’ insertion de la courbe parce que le kart flette beaucoup.

Souvent, donc, la solution est dans la moitié. De la série « in medio stat virtus ». Avec un essieu de dureté moyenne, souvent on réussit à trouver le juste compromis entre insertion, fluidité, appuie en courbe et traction en accélération.

No Comments Found

Leave a Reply